Parier tennis : apprenez où et comment faire vos paris sportifs en ligne sur le tennis

CasinoBonusFree SpinsWagerNoteReviewCasino website

Le tennis compte parmi les disciplines qui enregistrent une quantité importante de paris sportifs chaque année. Avec 187 millions d’euros de mises au 4ème trimestre de 2019, il occupait la 3ème place au classement des sports recevant le plus de paris. Sachant que ces chiffres connaissent une forte progression chaque année, on devrait avoir largement dépassé la barre des 250 millions en 2022. Si le tennis a le vent en poupe, c’est bien parce que ses rencontres proposent des cotes plutôt juteuses pour les parieurs. Envie de vous lancer dans les paris sportifs sur le tennis ? Dans ce cas, vous trouverez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Tout savoir sur le tennis et son histoire

Comme de nombreux sports, les origines du tennis se trouvent en Grande-Bretagne. Elles remontent au quinzième siècle avec l’introduction du jeu de paume en Angleterre. Ce sport, sous sa forme actuelle, est apparu quelques siècles plus tard. Malgré des règles pas toujours simples, le tennis s’est imposé au fil des années dans la société, et sa pratique à l’échelle professionnelle a généré des milliards de dollars et fait des millions de passionnés à travers le monde, sur tous les continents. Allons à la découverte de l’histoire de ce sport et des règles qui régissent sa pratique.

Quelle est l’histoire du tennis ?

Sport de raquette opposant deux joueurs ou une paire de joueurs, le tennis est une adaptation anglaise du jeu de paume introduit par le duc d’Orléans, à l’époque prisonnier en Angleterre suite à la bataille d’Azincourt en 1415. Il y a joué de façon quotidienne pendant le quart de siècle qu’a duré sa captivité. Néanmoins, c’est vers les années 1850 que le tennis a vu le jour sous sa forme actuelle. Le premier tournoi se serait déroulé vers 1876 et aurait été suivi en 1877 du tournoi qui deviendra de nos jours les internationaux de Grande-Bretagne : Wimbledon.

Le tennis se joue sur un terrain de 23,77 mètres (26 yards) sur 8,23 mètres (9 yards). Il est très médiatisé, attirant de nombreux sponsors, dont les bookmakers. La fédération internationale de tennis (ITF) a été fondée en 1913 et comptait en 2013 plus de 200 fédérations affiliées partout dans le monde. Le tennis compte plus de 10 millions de licenciés et plus de 26 millions de personnes pratiquant ce sport, rien qu’en Europe.

Quelles sont les règles du tennis ?

Un match de tennis se gagne au meilleur des 3 ou 5 sets, selon le règlement de la compétition. Pour les tournois se jouant au meilleur des 3 sets, le joueur qui remporte 2 sets gagne le match, tandis que dans un cas de figure de 5 sets, il faudra gagner au moins 3 sets pour obtenir la victoire du match.

Pour commencer la partie, l’un des joueurs effectue son jeu de service, qu’il se doit de gagner en quatre points avec un écart de deux points. En cas d’égalité au troisième point (40/40), il va falloir gagner deux points consécutifs pour remporter le jeu de service. Si le serveur gagne, il mènera 1/0 en attendant le jeu de service de son adversaire. Dans le cas contraire, c’est-à-dire s’il perd son jeu de service, il aura été breaké (0/1). Ce sera donc au receveur de servir pour essayer de creuser l’écart.

Il faut remporter 6 jeux de service avec au moins deux jeux d’écart pour gagner un set. En cas d’égalité à 6/6, les deux joueurs disputeront un jeu décisif, où le joueur qui totalise 7 points avec au moins deux points d’écart remporte le jeu décisif et par ricochet, le set.

Dans une partie opposant deux joueurs, la balle ne doit pas rebondir dans les couloirs de gauche et de droite du court. Le joueur dont la balle rebondit dans ces couloirs commet une faute et perd le point. La balle ne doit pas non plus rebondir après la ligne de fond sinon il y a faute également. Pour le service, le joueur a droit à deux essais, et il doit faire rebondir la balle dans le carré de service de son adversaire. En cas de double faute, c’est-à-dire s’il gâche ses deux tentatives de service, le point revient à son adversaire. La durée d’une partie de tennis est inconnue puisque tout dépend de la durée des jeux et des sets.

Comment bien parier sur le tennis ?

Comme expliqué plus haut, le tennis fait partie des sports les plus prisés par les parieurs. À cet effet, les bookmakers proposent une kyrielle de paris et des cotes intéressantes qui attirent de plus en plus de monde, y compris de parfaits débutants. Ces derniers perdent souvent beaucoup d’argent, ne sachant pas comment s’y prendre pour faire des pronostics gagnants et rentabiliser leurs mises. En effet, parier correctement sur le tennis revient à prendre en compte un certain nombre de paramètres. Entre autres, on peut citer l’analyse des cotes et des joueurs ainsi que bien d’autres facteurs. Découvrons ces variables permettant d’optimiser les chances de gain en pariant sur le tennis.

Analyser attentivement les cotes

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les cotes en disent long sur un match. Après tout, elles sont issues de calculs complexes pour prédire les chances de victoires et les probabilités de survenance des événements. Si un bookmaker affiche une cote de 1,3 pour un événement, cela signifie que l’événement a de grandes chances de se produire. Si vous êtes un débutant, ce récapitulatif des cotes pourra vous aider à vous situer pour ce qui est des chances de gagner un pronostic :

  • De 1,01 à 1,10 : on peut qualifier l’événement de quasi sûr. "Quasi" parce qu’on n’est jamais à l’abri d’une surprise ;
  • De 1,20 à 1,45 : les chances de survenue de l’événement sont plutôt bonnes, mais le risque est tout de même bien présent ;
  • De 1,50 à 2,00 : à ce niveau, on est déjà sur un événement plutôt risqué, mais qui reste toutefois jouable ;
  • De 2,20 à 3,00 : ces événements sont plus compliqués à pronostiquer, car impliquant un niveau de risque élevé ;
  • Plus de 4 : pour beaucoup, gagner une cote supérieure à 3 et allant jusqu’à 4 avec un seul pronostic relève de la chance pure et simple.

Analyser les joueurs

Se baser uniquement sur les cotes n’est pas un bon indice et ne doit pas être à l’origine de votre prise de décision. En effet, en dépit de la grande fiabilité de celles-ci, l’algorithme des bookmakers utilisé pour les calculer pourrait ne pas avoir pris certains éléments en considération ou les avoir minimisés. Raison pour laquelle il faut confirmer cette probabilité de gain avec d’autres paramètres, dont l’un des plus importants est la forme physique des joueurs.

Étant les principaux protagonistes des rencontres, les joueurs sont logiquement d’une importance capitale dans la prise de décision concernant un pari. Vous devez donc connaître la qualité de chacun d’eux sur les courts. Consulter le classement ATP vous aidera à connaître les tops joueurs sur lesquels parier. Mieux, il faut suivre l’actualité sportive, car un joueur talentueux débarqué des juniors en professionnel ne caracolera pas forcément en tête du classement ATP, mais fera certainement la « une » des tabloïdes s’il fait sensation dans ses matchs.

Soulignons aussi qu’il ne suffit pas de connaître les meilleurs joueurs. Il faudra aussi suivre leur état de forme. Est-il suffisamment en jambes pour briller lors de ce tournoi ? Quel est son ratio de victoires sur les 10 dernières rencontres ? Revient-il de blessure ? Avant de prendre un pari, voici quelques questions pertinentes que vous devez vous poser à propos de chaque joueur, quand bien même celui-ci serait bien classé.

Par ailleurs, il est important de connaître le ou les terrains de prédilection de chaque tennisman. Pour des compétitions sur terre battue, le favori incontestable reste Rafael Nadal, du moins, jusqu’à ce qu’il se décide à prendre sa retraite. Novak Djokovic, en revanche, est à l’aise sur toutes les surfaces de jeu. En outre, vous devez connaître les points forts de chaque tennisman. Un joueur tel que John Isner qui figure dans le top 3 des meilleurs serveurs pourrait vous faire gagner de l’argent si vous pariez sur le nombre d’aces dans le match.

Privilégier la qualité à la quantité

Il vaudrait mieux bien analyser un match et bien pronostiquer les paris relatifs à celui-ci plutôt que de vous lancer dans une série de paris sur différents matchs, car il vous sera bien plus difficile d’être efficace. La qualité est un facteur important et réunir, puis analyser les données pertinentes n’est pas une chose facile, surtout en ce qui concerne le pari sportif où il faut considérer nombre de paramètres. Le mieux est donc de bien assurer un seul pari au lieu de vouloir beaucoup gagner en pariant sur de nombreux matches et finalement tout perdre. C’est évidemment totalement contre-productif pour votre carrière de parieur.

Jouer en toute sécurité : faire des tentatives à blanc

Bien que la sécurité soit surfaite dans le monde des paris, il est possible de créer des conditions qui s’en rapprochent. Les tentatives à blanc sont plutôt mésestimées, étant assimilées à un manque d’audace. Pourtant, c’est une stratégie qui vous permet d’épurer vos analyses et d’opter pour les meilleurs paris.

Si vous tenez une stratégie d’analyse, avant de l’utiliser pour dans la réalité, il serait utile, voire avisé de mettre son efficacité à l’épreuve en la testant sur quelques matchs. Il est donc judicieux de faire des paris à blanc pour confirmer vos analyses et après avoir obtenu un bon pourcentage de victoires, vous pourrez vous lancer dans l’aventure en mode d’argent réel.

Quels sont les principaux paris sportifs tennis ?

Avec la kyrielle de paris proposés par les bookmakers, il est malaisé pour un débutant de faire un choix raisonné. Si l’objectif ultime est de réaliser de bons profits avec des cotes élevées, il faut savoir que certains pronostics restent plus judicieux que d’autres, notamment en raison de leur simplicité. Au nombre de ceux-ci, il y a les paris vainqueur du match, vainqueur du championnat, nombre de sets et de jeux, score exact, handicap et bien d’autres encore que nous présentons dans les prochaines lignes.

Vainqueur du match

C’est un pari classique dans la plupart des sports. Il revient à opter pour l’un ou l’autre des adversaires et à attendre patiemment l’issue de la rencontre. En considérant les paramètres comme la surface de jeu, la condition physique ou encore la motivation, vous pouvez pronostiquer sur la victoire de X ou Y. Vous pouvez également faire ce type de paris pour les deux premiers sets pour un match en 3 sets et les trois premiers sets pour un match qui se joue en 5 sets.

Vainqueur du championnat

Le gagnant d’un championnat ou d’un tournoi au tennis peut également être pronostiqué. Pour cela, il faut principalement connaître la surface de jeu favorite du joueur, les compétitions préalablement remportées ainsi que les conditions dans lesquelles il excelle particulièrement. Par exemple, il serait logique de pronostiquer la victoire de Nadal pour un tournoi se déroulant sur terre battue.

Nombre de sets et de jeux (Over/Under)

C’est un pari récurrent au tennis, car il n’est pas rare de le remporter. Dans les tournois les plus prestigieux où le niveau se resserre, donnant lieu à des matchs très disputés, chaque jeu est gagné, et si les adversaires sont de gros serveurs, les jeux décisifs peuvent s’enchaîner rapidement ce qui favorisera dans ce cas le parieur du over (plus de). À l’inverse, vous pouvez passer des coupons under (moins de) lorsque le rapport de force est déséquilibré. Il faudra vous renseigner sur le niveau des adversaires pour savoir quel type de pari faire pour chaque rencontre.

Score exact (set)

Il est plus facile de se lancer dans ce type de pari en début de tournoi. En effet, le tirage au sort au tennis fait généralement s’opposer les joueurs les mieux classés aux mal classés. Il y a donc une différence de force, parfois abyssale, entre les joueurs en l’occurrence lorsque l’un d’eux est sorti des qualifications ou a été invité. Le pronostic d’un 2/0 (match au meilleur des 3 sets) ou d’un 3/0 (match au meilleur des 5 sets) semble plus qu’évident, même si on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Au fur et à mesure que le tournoi progresse, le niveau se resserre, et il faut donc faire plus attention en faisant des analyses pointues avant d’opter pour ce type de pari.

Pari combiné

C’est la meilleure façon de relever les cotes lorsque vos choix de paris ont une faible cotation. Par exemple, des joueurs comme Novak Djokovic, Rafael Nadal ou encore Daniil Medvedev ont des cotes de victoires souvent faibles, car ils perdent rarement leurs matchs. Lorsque vous combinez les pronostics de victoires de ces cadors, le coupon est plus intéressant. Sauf surprise, vous vous en sortez généralement bien. C’est une astuce que vous pouvez désormais adopter lors de vos pronostics.

Paris à handicap

Le handicap est le fait de donner un avantage au joueur le plus faible par rapport à son adversaire censé être plus fort. C’est un moyen d’égaliser les chances de gagner des deux joueurs. Vous pouvez faire un pari à handicap pour les jeux. Supposons un match entre Novak Djokovic et Kyle Edmund. Si vous optez pour la victoire du Britannique Edmund Kyle en lui donnant trois sets d’avance (+2,5) pour le premier jeu et que celui-ci perd 6/4, alors votre pari est gagnant puisque pour votre bookmaker, cela voudra dire que la rencontre s’est soldée sur un score de 6/7.

Paris sportifs tennis en live

Parier en live a beaucoup d’avantages, puisque le parieur suit le match et peut plus aisément anticiper les retournements de situation. Si le favori n’est pas dans un bon jour au service, le parieur peut flairer et saisir des opportunités de gain. Généralement, lorsque dans un match de tennis, le favori perd le premier set, les bookmakers révisent les cotes. Le favori aura donc une cote plus élevée et parier sur sa victoire finale peut être une plus-value intéressante. Dans les grandes compétitions, cette astuce est d’autant plus efficace puisqu’il arrive que le favori soit mené par deux sets.

Les méthodes de paiements pour parier sur le tennis

Les méthodes de paiement pour parier sur le tennis ne sont pas différentes de celles qui sont utilisées pour les autres sports. Les bookmakers proposent diverses options de transaction aux parieurs afin que ceux-ci aient le choix. Entre les moyens de paiements traditionnels, comme les cartes bancaires, les virements bancaires, les portefeuilles électroniques ou encore les tickets prépayés, les choix sont variés. Désormais, vous pouvez aussi recourir aux cryptomonnaies qui sont de plus en plus employées.

Les moyens de paiements traditionnels

Les moyens de paiement traditionnels regroupent les cartes bancaires, les portefeuilles électroniques, les cartes prépayées et les virements bancaires. Les cartes bancaires Visa et MasterCard ainsi que les cartes bleues sont l’un des moyens de paiement les plus simples d’utilisation. Elles sont adéquates pour les débutants ou ceux qui parient de temps à autre. Il y a également les portefeuilles numériques qui font office de moyens sécurisés pour recharger votre compte. Il en existe une multitude comme Skrill, Neteller, EcoPayz, etc.

Pratiques pour alimenter son compte en un rien de temps, les tickets prépayés sont également toujours présents dans la gamme de méthodes de paiement proposée par les bookmakers. De tous les modes de paiement, le virement bancaire est celui que les parieurs aiment moins du fait du délai nécessaire. En effet, il faut compter entre 3 et 7 jours pour que les fonds arrivent sur le compte bancaire du joueur. Qui plus est, la banque applique des frais pour ce type d’opération et pourrait parfois geler les fonds en demandant au joueur de justifier leur provenance.

Les cryptomonnaies

Si vous souhaitez gagner de l’argent grâce aux paris sportifs sur le tennis loin du regard indiscret de votre banquier et sans avoir à justifier un gros transfert bancaire provenant de votre bookmaker, les cryptomonnaies sont la solution idéale. La raison de leur adoption est l’anonymat des transactions bancaires. D’autre part, les retraits en crypto sont plutôt rapides. Contrairement au virement bancaire et aux autres moyens de paiement, vous recevez votre argent au bout de quelques minutes chez les opérateurs les plus diligents. Les sites de paris sportifs proposent à leur clientèle plusieurs cryptos parmi les plus populaires comme le Bitcoin, l’Ethereum, le Litecoin, le Ripple, le Tron, le Tether, le Dogecoin ou encore le BNB.

Découvrez les quatre catégories de compétitions pour parier sur le tennis

Les instances dirigeantes du tennis catégorisent les différents tournois en ATP 250, ATP 500, Master 1000 et en Grand Chelem. Ces tournois sont rangés dans l’une ou l’autre des catégories en fonction entre autres des moyens financiers, des infrastructures et des prize money. Allons à la découverte des spécificités de ces différents tournois

ATP 250

Ce sont des tournois dont le nombre varie chaque année, mais ils sont sans doute les tournois les plus nombreux au cours d’une saison de tennis. En plus du prize money, le vainqueur gagne 250 points au classement général et le finaliste en gagne 150. Les ATP 250 font partie des tournois les moins importants du circuit, et comme il y en a une quarantaine environ sur la saison, les meilleurs joueurs du monde n’ont pas l’obligation de les jouer. Du fait de l’absence des cadors, les jeunes joueurs profitent de ces tournois pour se faire un nom.

ATP 500

C’est le même scénario qu’avec les ATP 250, mais ici, on retrouve souvent quelques membres du top 10. La liste des tournois peut évoluer chaque saison et le vainqueur et le finaliste remportent respectivement 500 et 300 points, ce qui n’est pas négligeable. Il est un peu plus compliqué pour les très jeunes joueurs de s’exprimer ici, car le niveau est un peu plus relevé à cause de la présence des tops joueurs, comme évoqué plus haut. Néanmoins, on n’est jamais à l’abri des surprises comme cette année où à Rio, le jeune espagnol Carlos Alcaraz, alors classé autour de la quarantième place mondiale, s’est imposé en finale, face à l’Argentin Diego Schwartzman.

Master 1000

Contrairement aux deux autres, le nombre de tournois dans cette catégorie sur une saison ne change pas. Il y a neuf tournois catégorisés Master 1000 au cours de la saison et ils se déroulent à Indian Wells, Miami, Monte-Carlo, Madrid, Rome, Paris, Shanghai, Cincinnati et Toronto/Montréal. Les meilleurs joueurs sont obligés d’y participer, sauf s’ils sont blessés, sous peine de sanction financière. Outre un cas de blessure, ils peuvent en être dispensés s’ils ont déjà joué au moins 600 matchs sur le circuit, joué au moins 12 saisons sur le circuit ATP ou s’ils sont âgés de plus de 31 ans.

En cas de victoire finale dans cette catégorie, le vainqueur a droit à 1 000 points et le finaliste, 600. Le prize money est également important, atteignant le million de dollars dans certains tournois. Le serbe Novak Djokovic est le recordman des tournois de Masters 1000 remportés avec 38 victoires (série en cours). Il a même réussi l’exploit de remporter tous les tournois de cette catégorie, réalisant le Master d’or.

Les Grands Chelems

C’est la catégorie de tournoi la plus importante au tennis. Il y en a quatre chaque année et deux se déroulent sur des variantes de la surface "dur extérieur" : un sur terre battue et le dernier sur gazon. Ces tournois rapportent 2 000 points au vainqueur et 1 200 points au finaliste. C’est le Graal pour un joueur de tennis professionnel de remporter ne serait-ce qu’un seul tournoi du Grand Chelem au cours de sa carrière.

L’épreuve est d’autant plus corsée puisque les matchs se jouent au meilleur des cinq sets, contrairement à un match qui se joue au meilleur des trois sets. Le prize money est également très important. Pour le titre de recordman de Grand Chelem, trois joueurs principaux se démarquent : le Suisse Roger Federer compte 20 titres à son palmarès; le serbe Novak Djokovic en a remporté 21 et l’espagnol Rafael Nadal en a raflé 22. Les deux derniers ont encore la possibilité d’aller en chercher d’autres alors que Federer est plus proche de la retraite.

Quels sont les quatre types de terrain pour parier au tennis ?

Contrairement à d’autres sports, le tennis peut se jouer sur bien des surfaces. Certaines, comme la moquette, ont disparu avec le temps pour diverses raisons. Néanmoins, il reste au moins trois surfaces sur lesquelles les meilleurs joueurs du monde s’affrontent tout au long de l’année. Entre autres, on peut citer la terre battue, le dur extérieur et le gazon. L’indoor, qui n’est pas réellement une surface, offre des conditions de jeu spéciales et vaut la peine d’être abordée dans cette partie de l’article.

La terre battue

C’est sans aucun doute la surface la plus lente au tennis et celle qui est la plus exigeante en ce qui concerne les pas d’ajustement ou le placement. Le joueur se doit d’être dans une excellente condition physique pour remporter ses matchs sur cette surface de jeu. Au coup droit comme au revers, le lift est une arme destructrice puisqu’elle fait gicler la balle en hauteur d’où l’importance des pas d’ajustement et du placement pour être à une bonne distance et bien retourner la balle lorsqu’elle vient.

La terre battue est composée de cinq couches différentes (craon, mâchefer, graviers, cailloux, etc.), mais c’est la fine couche de briques pilées, généralement de couleur rouge, qui fait sa notoriété. Plusieurs tournois importants se jouent sur terre battue, en l’occurrence les Masters 1000 de Monte-Carlo, de Madrid ou encore de Rome. Le plus important reste néanmoins Roland-Garros, le Grand Chelem parisien qui se déroule à Paris à la porte d’Auteuil chaque année entre la fin du mois de mai et la première moitié du mois de juin.

Le dur extérieur

Il s’est imposé au fil des années comme la surface « normale » sur laquelle se pratique le tennis. La plupart des tournois du calendrier se déroulent sur cette surface et deux Grands Chelems, celui d’Australie et des États-Unis, se jouent là-dessus. Le dur extérieur dispose d’une multitude de variantes. Entre le ciment, le béton, le decoturf ou encore le plexicushion, le dur extérieur est le court favori de la majorité des joueurs professionnels.

La balle y est plus rapide que sur terre battue. Tous les types de joueurs peuvent jouer et gagner sur cette surface. Il suffit d’être assez fort pour imposer son jeu à l’adversaire. Les gros serveurs, les spécialistes du fond de court ou encore les serveurs-volleyeurs arrivent tous à y triompher, d’une façon ou d’une autre.

Le gazon

Surface traditionnelle du tennis, elle a, peu à peu, perdu sa place au profit du dur et de la terre battue. C’est la surface la plus rapide et de nos jours, la saison de tennis sur gazon est la plus courte. On y voit de moins en moins de tournois, mais le point d’orgue reste les internationaux de Grande-Bretagne qui se disputent au All England Club dans la banlieue londonienne de Wimbledon. Le tournoi a encore une place de choix au sein du circuit.

C’est sur cette surface que les spécialistes du jeu offensif se mettent en exergue. Les échanges sont plus courts que sur les autres surfaces même si de temps à autre il peut y avoir des rallyes de plusieurs coups.

L’indoor

L’indoor n’est pas une surface de jeu, mais il offre des conditions particulières pour le déroulement d’un match de tennis. C’est l’ensemble des conditions de jeu sur un terrain construit dans une salle. C’est l’absence de vent, notamment, ainsi que les autres conditions météorologiques, qui font la particularité de l’indoor. Le Master 1000 de Paris-Bercy, le tournoi de Bâle ou encore les ATP Finals se déroulent en indoor.

Quels sont les principaux tournois pour faire un pari sportif tennis ?

Au cours d’une saison de tennis, de nombreux tournois se disputent sur diverses surfaces. Les plus importants sont les Grands Chelems. Au nombre de quatre, ils se déroulent à Melbourne en Australie, à Paris en France, à Londres en Angleterre et à New York aux États-Unis. Au total, 128 joueurs participent au tableau principal chez les hommes et chez les femmes. Comme on l’a dit plus haut, les matchs dans les tournois du Grand Chelem sont plus âpres, notamment chez les messieurs, car, contrairement aux autres tournois de la saison, les matchs se jouent en trois sets gagnants. Cette particularité a donné lieu à des matchs à rallonge, frôlant parfois les six heures de temps de jeu .

Open d’Australie

Le tournoi masculin de l’Open d’Australie a été créé en 1905 tandis que les femmes ont attendu 1922 pour avoir le droit d’y participer. Il se déroule entre janvier et février, et fait office du premier Grand Chelem et du premier gros tournoi de la saison. L’open d’Australie se déroule sur une variante du dur extérieur, le plexicushion. Les joueurs sont encore en rodage et il est difficile d’avoir des données fiables pour mieux anticiper les performances. Chez les messieurs, le serbe Novak Djokovic est le plus titré avec 9 victoires alors que Serena Williams totalise 7 titres chez les dames.

US Open

C’est la dernière levée du Grand Chelem de la saison. Elle se déroule également sur une variante de la surface dure, le decoturf. Elle a eu lieu pour la première fois en 1881. C’est en général entre fin août et début septembre que se joue le tournoi après une série de tournois plus ou moins importants sur le continent nord-américain. Lors de cette tournée américaine, la performance des joueurs donne assez d’informations sur ceux qui sont le plus en forme. Vous pouvez y dénicher quelques plus-values en marge du grand rendez-vous. Les plus titrés chez les hommes sont Jimmy Connors, Pete Sampras et Roger Federer avec 5 titres chacun. Chez les dames, Serena Williams et Chris Evert en ont remporté 6 chacune.

Wimbledon

Troisième levée du Grand Chelem de la saison, c’est le plus vieux tournoi de tennis et le seul du circuit à disposeré d’un dress code. Les joueurs sont en effet contraints de s’habiller en blanc sur les courts et comme on l’a dit plus haut, il se déroule sur le gazon. Les joueurs ayant un excellent service sont susceptibles de mieux s’en sortir lors de ce tournoi. Mais ces dernières années, la donne est en train de changer du fait du ralentissement général des surfaces. On assiste même à des rallyes sur gazon ce qui défavorise les puristes de la surface.

En ce qui concerne les paris, malgré les profils des joueurs, Wimbledon est le théâtre de véritables surprises. En effet, du fait de la courte durée de la saison sur gazon, il est difficile de collecter assez de données pour effectuer des analyses objectives avant le tournoi. Par exemple, ces quinze dernières années, tous les vainqueurs du tournoi de Halle, hormis Roger Federer, ont échoué au premier tour.

C’est une bonne statistique à connaître, mais qui est toutefois paradoxale, puisque c’est l’un des tournois de préparation au Grand Chelem londonien et l’un des plus relevés, avec le tournoi du Queen’s. À Wimbledon, Roger Federer totalise 8 titres chez les messieurs alors que chez les dames, Martina Navratilova en compte 9.

Roland Garros

C’est la deuxième levée du Grand Chelem où les joueurs de filière longue adorent s’exprimer. La surface, la terre battue, favorise ce type de jeu et avec le format en trois sets gagnants, on assiste à des batailles de fond de court de haute volée. Ce tournoi clôture en quelque sorte la saison sur cette surface. Ainsi, pour y parier efficacement, les résultats des tournois précédents sont d’une grande importance.

Il faut également faire attention aux joueurs qui ont "beaucoup joué" sur cette période, car lors du Grand Chelem, ils peuvent manquer d’énergie pour aller jusqu’au bout, déjà même à partir de leur premier match. Rafael Nadal est le roi incontesté de cette surface et de Roland Garros, tournoi qu’il a remporté à 14 reprises. Chez les dames, c’est Chris Evert qui détient la palme avec 7 titres.

Quelques conseils pour bien analyser un match

L’analyse d’un match de tennis implique la considération d’un certain nombre de paramètres. Outre la qualité intrinsèque des joueurs, les données telles que la surface, la condition physique ou encore les diverses motivations entrent en ligne de compte. Abordons ces divers points.

Regarder la période de l’année (fatigue, blessure)

Un joueur avec plus d’une cinquantaine de matchs dans les jambes ne réagira pas de la même façon qu’un joueur "frais". À une certaine période de l’année, la plupart des joueurs du circuit commencent à tirer la langue. Si les matchs de tennis et les entraînements y sont pour beaucoup, les longues heures de trajet en avion ou en train contribuent également à éreinter les participants.

Ce rythme infernal augmente les risques de blessures sur le court. En conséquence, il faudra faire très attention avant de se lancer dans un pari sur le vainqueur d’une compétition. Cela peut s’avérer utile de vérifier l’historique des blessures de certains joueurs pour ne pas être surpris par une panne physique à un moment ou un autre de la saison.

Se renseigner sur la surface

Connaître la surface et les joueurs qui participent est très important pour placer un pari gagnant. Par exemple, un joueur comme John Isner est plus à l’aise sur les surfaces rapides. De ce fait, il serait malvenu de parier sur ses services lors d’une saison sur terre battue. Bien qu’il soit capable de réaliser des exploits, il est préférable de passer son tour. Par contre, sur une surface rapide, en l’occurrence le gazon, le dur extérieur ou l’indoor, c’est sans aucun doute un adversaire redoutable. Comme évoqué supra, Rafael Nadal part toujours favori lorsqu’il est question de jouer sur la terre battue. Quant à Djokovic, tous les terrains lui sont plus ou moins favorables.

Connaître les enjeux et les points à défendre

Le rang au classement ATP est très important puisque les 104 premiers sont d’office qualifiés pour les Grands Chelems et les 32 joueurs les mieux classés représentent les têtes de série. Engranger des points pour monter au classement ATP est donc une véritable motivation pour tous les tennismen, notamment à l’approche des tournois. Pour conserver les points remportés dans un tournoi de l’année précédente, il faut faire aussi bien l’année suivante. Une contre-performance ou une absence entraîne un retrait de points et inversement, une bonne performance implique un ajout de points.

Il est également important de tenir compte, pour votre analyse, des enjeux des compétitions et des matchs. En effet, les cadors ne se donnent pas toujours à 100 % dans un tournoi ATP 500 ou 1000 qui sert de préparation à un Grand Chelem. Ils se ménagent pour éviter de se blesser avant les grands matchs, ce qui est tout à fait compréhensible. Suivant cette logique, les compétitions les plus prestigieuses telles que l’Open d’Australie, Roland Garros, Wimbledon et l’US Open offrent les plus gros enjeux et sont les tournois les plus importants pour tous les joueurs.